Depuis avril 1994 Rossano Bacchin habite en Belgique.


Je ne me suis jamais senti un "artiste" dans le sens commun du terme, même si je me rends compte qu'une grande partie de ma vie a été dédiée au dessin et à la peinture.

De toute façon, qui est actif dans le "secteur" est plus ou moins obligé d'exposer, de se faire connaître et inévitablement, d'être confronté avec des réalités différentes de sa propre façon de penser.

Je ne me considère pas comme un avantgardiste, au contraire, ce que je fais est dans un certain sens "déjà vu"; j'essaie seulement d'être honnête avec moi-même et de continuer mon chemin, souvent à tâtons. Le monde de l'art se trouve aujourd'hui dans une situation inhabituelle et incertaine, complètement neuve vis-à-vis du passé (lointain). Il est ridicule de retourner en arrière, le futur est obscur, le présent se complaît, et souffre, à se vautrer dans ses propres suppositions.

Il n'est pas nécessaire de donner une explication logique à mes peintures. Il y a sûrement un parcours qui a été inspiré par-ci et par-là par ce qui m'a entouré. Je suis toujours convaincu qu'avant tout, on "fait" ce qu'on "sait". Savoir ce qu'une peinture signifie peut constituer une déception et ceci vaut surtout dans l'art abstrait. Voilà pourquoi je suis toujours un peu surpris quand j'entends des interprétations différentes des miennes... et ce serait dommage de les détruire...

Qui connaît un peu mon parcours artistique peut dire qu'il y a un souvenir de paysage, une influence (indéniable) de certains grands des siècles passés etc... D'ailleurs, une description ou une explication, aussi scientifiques qu'elles soient, ne pourront jamais traduire entièrement (heureusement) ce que l'on voit dans une oeuvre d'art...


(Bruges, Janvier 2003)